Vous pouvez reproduire ce texte sans autorisation à condition de respecter les conditions du Creative Commons (Paternité, Pas d'Utilisation Commerciale, Pas de Modification)

Première version mise en ligne le 25 mai 2014 (4-AHAU).


DEBUT ET FIN

SEUL CE QUI N’A PAS DE DEBUT EST ETERNEL


















Tout ce qui a un début a une fin.

Et souvent la fin de quelque chose est le début d’autre chose. De fait, il faudrait inventer un nouveau mot qui désignerait les deux à la fois parce qu’ils sont indissociables et se substituent l’un à l’autre.

Rien de ce qui nous semble immuable et «éternel» ne l’est vraiment. Ce n’est pas parce qu’une fin est lointaine ou un début inconnu de nous qu’ils n’existent pas.

Quelque soit leur éloignement l’un de l’autre, que ce soit quelques secondes ou des milliards d’années, un millimètre ou des milliers d’années lumière, début et fin existent.

Que ce soit ses parents pour un jeune enfant, notre propre vie, nos serments, l’étoile que nous appelons «soleil», notre galaxie, l’univers même. Tout, absolument tout ce qui nous entoure a eu un début et donc aura une fin.

Sachant cela, ce qui sépare le début de la fin devient la seule chose vraiment importante. Dit autrement, ce n’est pas le point de départ ou la destination qui compte, mais le chemin parcouru et la façon de le parcourir.

L’important est ce qui est, pas ce qui a été ou ce qui sera. S’attacher au début ou appréhender la fin revient à se focaliser sur l’un de ces deux points singuliers en négligeant le reste du chemin. Ce n’est pas le fait d’atteindre le sommet de l’Everest qui compte, c’est de l’avoir gravi. Ce n’est pas le début ou la fin d’un voyage qui compte, c’est le voyage.

Le concept d’éternité n’est pas, pour moi, l’absence d’une fin. Seul ce qui n’a pas de commencement n’a pas de fin et donc seul ce qui n’a pas de commencement est vraiment éternel.

Et un jour, comme tout ce qui a un début, même la vie et la mort telles que nous les concevons, elles aussi, cesseront d’exister...


Pierre / Aiyana

mailto:pierre@voieessentiel.com?subject=la%20voie%20de%20l'essentiel
Home.html

Ce texte a été écrit sur cette musique de NIYAZ (Parishaan)

Mara na sar na saaman aafaridand

Parishaanom parishaan aafaridand

Parishaan khaateran raftaando dar khaak

Mara az khaak-e eeshaan aafaridand

Aazizom key miyayi key miyayi

Nadarom taaghat-e yek dam jodaayi

Khoshaa aanan ke sodaay-e to daaran

Ke sar peyvast-e dar paay-e to daaran

Be del daaram tamanaay-e kesaani

Ke an dar del tamanaay-e to daaran

Agar zareen kolaahi aaghebat heech

Be takht-e paadeshahi aaghebat heech

Garat molk-e soleymaan dar negin ast

Dar aakhar khaak-e raahi aaghebat heech


I came into this world with no possessions

Awarded only a yearning heart

All those who came before me have returned to the dust

And it is from this dust which I have been created

O beloved, when will you arrive

I cannot bear one moment of this separation

Lucky are those who are on your path

Lucky are those who place their head at your feet

I am even willing to surrender my heart

To those whose hearts hold your love

Even if you have a crown and sit at a throne

In the end you will have nothing

Even if you are destined for great riches

In the end you will return to the dust