Vous pouvez reproduire ce texte sans autorisation à condition de respecter les conditions du Creative Commons (Paternité, Pas d'Utilisation Commerciale, Pas de Modification)

Première version mise en ligne le 10 janvier 2014.


REALITES

TOUT DEPEND DE CE QUE L’ON REGARDE...





















«Dans le grand ordre des choses, nous sommes tous quasiment aveugles et sourds». Telle est la traduction de la phrase sous le schéma.

Qu’est ce la réalité ? Ou plutôt Qu’elles sont les réalités ? Dans le domaine, il n’y a pas de vérité absolue. Tout dépend en fait de ce dont nous avons conscience et de la façon dont nous regardons ce qui nous entoure.

J’emplois ici le verbe «regarder» plutôt que «voir» à dessein, parce que tout le monde ou presque voit, mais beaucoup moins de personnes regardent. Dans «regarder», il y a une intention, une volonté active. «Voir» est uniquement la conséquence de posséder des yeux fonctionnels. C’est exactement la même différence qui existe entre «écouter» et «entendre».


Commençons donc notre voyage dans les réalités par celle sur laquelle tout le monde s’accorde, celle que l’on perçoit par nos sens et plus particulièrement nos yeux.

Ce que nous voyons en tant qu’être humain est ce que l’on appelle le spectre lumineux ou encore le spectre visible. Il va du violet au rouge en passant par le vert qui est la couleur de milieu de spectre, la mieux perçue donc. En termes physiques nous voyons des fréquences entre 385 Téra Hz (le violet) et 790 Téra Hz (le rouge). Voilà notre réalité visuelle.














Ce qu’il faut bien comprendre c’est que tout ce que nous voyons, tout ce que nous entendons, sont en fait des fréquences, donc des oscillations d’une onde par seconde.

La couleur verte correspond à une fréquence de 555 Téra Hz soit 555 000 000 000 000 Hz, la note La officielle à une fréquence de 440 Hz.

Entre les sons et la lumière, et au-delà de la lumière, il existe une immense gamme de fréquences que nous ne voyons ni entendons mais qui pourtant font partie de la réalité : les ondes radios dont le Wifi et les téléphones portables, les micro ondes, l’infrarouge, les rayons Ultra Violet, les rayons X et les rayons gamma.

Nous ne voyons ni entendons ces fréquences, mais nous ne pouvons nier leurs existences parce que nous percevons leur action. Un coup de soleil est l’effet des rayons Ultra Violet, une conversation au téléphone portable est l’effet d’ondes radio dédiées, la radioactivité est l’effet des rayons gamma, le réchauffement d’un plat dans un four à micro-ondes est l’effet des fréquences du même nom.

Ces fréquences sont là, nous les utilisons ou nous nous protégeons de leurs effets, mais nous ne les voyons pas.

Nous évoluons donc dans un monde de fréquences dont nous ne percevons qu’une infime partie. Ce qui fait écho à la phrase du début : «Dans le grand ordre des choses, nous sommes tous quasiment aveugles et sourds».


Nos instruments modernes nous permettent de détecter ces fréquences et de les transcrire dans des représentations que l’on peut voir ou entendre. Le meilleur exemple en est donné avec l’exploration spatiale.
























La photo ci-dessus est celle d’une nébuleuse, d’une même nébuleuse, observée à différentes fréquences : les rayons X, le spectre visible, l’infrarouge et les ondes radio. C’est le même objet spatial vu à différentes fréquences. Quatre réalités complètement différentes pour un seul et même objet.


Un autre exemple est donné par l’enregistrement et la traduction en spectre sonore des champs électromagnétiques des planètes.

Pour la Terre, cette transcription s’appelle «le Choeur de l’Aube» parce qu’elle rappelle le chants des oiseaux au petit matin.
















http://natsehestahe.com/Le_Choeur_de_lAube.html


Pour Neptune, la transcription sonore de la magnétosphère est totalement différente. Et il en est de même pour chaque planète.
















http://natsehestahe.com/Neptune.html


Nous avons achevé notre première partie de ce voyage dans les réalités. Après avoir regardé ce que nous percevons de la réalité, intéressons-nous à présent à la matière elle-même.


La matière semble être un élément tangible et absolument certain de la réalité, mais encore une fois cela dépend de ce que l’on regarde et surtout de ce dont on a conscience.

La matière est formée de molécules, elles-mêmes formées d’atomes, eux-mêmes formés d’un noyau et d’électrons. Là-dessus tout le monde est d’accord.

Quand on regarde un atome de près, il ressemble à un système solaire avec un noyau central comme «soleil» et des électrons orbitants ou vibrants autour de lui à des distances variables. Cette analogie n’est pas gratuite parce qu’il y a proportionnellement autant d’espace entre le noyau d’un atome et ses électrons les plus proches qu’entre le Soleil et la Terre.
















http://fr.wikipedia.org/wiki/Atome


La matière, même la plus dure, n’est en fait que du vide avec deci delà des points brillants, comme l’univers. Et le tout tient ensemble grâce à des forces que l’on appelle «gravité» dans l’espace et entre autre «force électromagnétique» pour les atomes.

La matière et nos corps sont donc principalement du vide, comme l’univers.

L’analogie avec l’univers va encore plus loin. L’homme a tendance à se penser séparer de la nature et de l’univers. Ce qui est on ne peut plus faux. Tout ce qui constitue nos corps vient de l’espace. Toute l’eau qu’il y a sur Terre, jusqu’à la dernière goutte, vient de comètes qui se sont écrasées sur Terre lors de sa formation. Tous les atomes de tous les éléments viennent de poussières d’étoiles s’étant agglutinées au cours du temps pour former notre planète.

Nos corps sont formés de poussières d’étoile et l’eau qui nous composent à 75% vient intégralement des comètes.

Nous ne sommes donc pas séparés du reste de la création, nous en sommes une émanation parmi d’autres. Voilà une autre réalité.


La science dans sa recherche permanente de réponses à explorer une autre réalité pour expliquer certains phénomènes. Ce faisant, elle s’est aventurée dans une réalité qui se trouve au-delà des atomes et même de la plus petite des particules qui les composent. C’est une réalité au-delà de la matière.

Il s’agit de la mécanique quantique. A ce niveau, il n’y a plus ni matière, ni séparation entre les objets et les êtres. Tout est énergie et fréquences. Revoilà donc les fréquences du début de l’article, quand nous parlions de la vue et de l'ouïe...

A ce niveau également tout est probabilité, tout se recrée en permanence. C’est actuellement la frontière ultime de notre compréhension scientifique de la réalité.




















http://fargin.wordpress.com/2013/01/05/au-dela-du-monde-physique/


A ce stade, la science rejoint la spiritualité. Nous sommes une conscience qui s’entoure de champs d’énergie et de fréquences pour naviguer à un niveau de la réalité où la matière existe. Nous habitons un corps, mais nous ne sommes pas ce corps, exactement comme la main n’est pas le gant qui l’habille. Tout ce que nous voyons de la réalité, ce sont des gants... Nous pouvons étudier et comprendre comment les «gants» fonctionnent. Il nous reste à découvrir ce que sont les «mains»...




Pierre / Aiyana

mailto:pierre@voieessentiel.com?subject=la%20voie%20de%20l'essentiel
Home.html