Vous pouvez reproduire ce texte sans autorisation à condition de respecter les conditions du Creative Commons (Paternité, Pas d'Utilisation Commerciale, Pas de Modification)

Première version mise en ligne le 7 mai 2013.


TENEBRES

UN AUTRE TEXTE ECRIT DANS UN TRAIN
















Au début, il y avait les ténèbres partout autour de lui, du moins c’est ce qu’il croyait, ce qu’il avait toujours cru. Il n’avait d’ailleurs jamais pensé qu’il puisse exister autre chose que les ténèbres.

Puis un jour, presque hasard, lui vint une idée étrange, insensée, ridicule : celle d’ouvrir les yeux...


Alors il ouvrit les yeux et il vit la Lumière, partout autour de lui, une Lumière qui avait toujours été là... C’était une lumière si belle en comparaison des Ténèbres que l’idée même de refermer les yeux ne lui vint même pas. Une phrase traversa alors son esprit avec l’évidence des choses simples et vraies :


« Les Ténèbres essayent sans relâche de nous cacher la Lumière... Mais elles n’y parviennent que si nous fermons les yeux...»


Il s’abandonna tout d’abord à la contemplation de cette Lumière qu’il s’était si longtemps refuser à voir, puis il regarda autour de lui. Il s’aperçut que la plupart des personnes qu’il voyait vivaient les yeux fermés et avançaient dans leurs ténèbres personnelles, butant dans tous les obstacles autour d’elles ou se cognant les unes aux autres. Il découvrit également qu’il n’était pas seul dans la Lumière et qu’il pouvait croiser d’autres regards de personnes qui avaient elles aussi ouverts les yeux.

C’était un Monde étrange plein de Lumière et de beauté que la plupart de ses habitants se refusait à voir. Un Monde sans ténèbres, mais plein d’aveugles.


Il se demanda alors pourquoi toutes ses personnes les yeux fermés ne les ouvraient pas... et il se rappela combien il lui avait fallu de temps lui-même pour simplement en avoir l’idée.

Il voulut alors aider ceux dans les ténèbres à ouvrir les yeux avant de comprendre qu’il lui était impossible de le faire si ceux qu’il désirait aider ne savaient même pas que leurs yeux étaient fermés.

Comment faire alors ? Il lui vint alors une autre idée simple : vivre les yeux ouverts tout simplement. Ainsi ceux aux yeux fermés pourraient «voir» qu’il ne butait plus sur les obstacles ou se cognait aux autres... Ainsi en eux naîtrait le désir et l’intention de faire comme lui.

Il s’aperçut alors que les autres personnes aux yeux ouverts comme lui faisaient la même chose. Toutes vivaient simplement les yeux ouverts.

Et tout naturellement il se mit à rechercher leur compagnie pour partager avec elles la lumière qu’il voyait enfin...



Pierre / Aiyana

page originale sur Natsehestahe

mailto:pierre@voieessentiel.com?subject=la%20voie%20de%20l'essentiel
Home.html