DE L’ORDRE ET DU RANGEMENT

Petite philosophie du rangement


Bonjour,


Aujourd’hui, nous allons parler du rangement et de l’ordre. Quand faut-il ranger ? Faut-il même ranger ? Que signifie «mettre de l’ordre» ?


Tout d’abord, il n’y a pas une seule réponse dogmatique. Chacun a sa notion de l’ordre et son besoin de ranger, ou non. Ce qui est «rangé» ou «en ordre» pour une personne peut être un chaos insupportable pour une autre ou à l’inverse un ordre maniaque invivable.


Ce qui suit s’applique à tous les lieux de vie, que ces lieux soient réels comme une pièce, une étagère ou encore une armoire ou virtuels comme le «bureau» d’un ordinateur ou la liste d’applis d’un smartphone... parce qu’au fond, c’est la même démarche qui est à l’oeuvre.


Ranger, c’est faire des choix : choisir de changer ce que l’on met en avant, choisir de cacher ce qui est gênant, choisir de se débarrasser de ce qui est devenu inutile ou encombrant ou encore choisir de ne rien changer... qui est un choix en lui-même !

Ranger, c’est mettre en accord son «intérieur» avec son «être intérieur». C’est (re)créer un équilibre entre ce que l’on est et là où l’on vit. On (re)met les choses en place comme on se (re)met les idées en place. L’un va avec l’autre.


Dit autrement, ranger et mettre de l’ordre revient à faire en sorte que ce qui nous entoure reflète ce qui est en nous, que ce soit notre lumière, nos ténèbres ou nos luttes. Notre espace de vie est le miroir de notre «maison intérieure»...


En avoir conscience permet de mieux se connaître et par là de pouvoir évoluer... Est-ce que baisse les bras ?  Est-ce que je m’auto-punis ? Ai-je peur du changement ? Est-ce que j’accueille le changement ? Est-ce que je vis dans le passé ? ou le futur ? De quoi suis-je fier/fière ? De quoi ai-je honte ?


Baisser les bras, c’est ne pas ranger, laisser les choses se dégrader, se déliter...

L’auto-punition, c’est ne pas faire ce que l’on sait devoir faire pour améliorer les choses.

Avoir peur du changement, c’est toujours choisir de ne rien changer dans ses rangements dans l’espérance illusoire que cela protégera du changement.

Accueillir le changement, c’est vivre au présent et toujours faire évoluer son rangement pour rester dans le mouvement de la vie. Et ne rien considérer comme permanent.

Vivre dans le passé, c’est refuser le présent et donc ne pas laisser de la place pour accueillir de nouvelles choses.

Vivre dans le futur, c’est ne pas s’intéresser au présent et donc ne pas ranger parce que ce n’est pas dans le présent que l’on vit...

Ce dont on est fier/fière est ce qui est mis en valeur ou en avant, c’est ce qui peut nous résumer aux yeux des autres, ce qui nous définit dans la lumière.

Ce dont on a honte sont dans les choses que l’on garde, mais que l’on ne montre pas, c’est le «squelette dans le placard», ce qui nous définit dans les ténèbres...


Pierre


Deuxième version mise en ligne le 26 janvier 2013 (Première version mise en ligne le 23 décembre 2012).

Vous pouvez reproduire ce texte sans autorisation à condition de respecter les conditions du Creative Commons (Paternité, Pas d'Utilisation Commerciale, Pas de Modification)


DE L’ESPACE DE VIE

Votre lieu de vie est comme une plage


Nous vivons dans une société où l’accent est mis avant tout sur la possession. Notre sens de la réussite, notre statut, parfois même notre propre estime de soi est très souvent lié aux objets que nous possédons ou qui nous sont donnés, que ce soit dans un cadre amical, familial ou professionnel.


Très souvent, nous conservons chez nous bien trop des objets qui croisent notre chemin comme autant de trophées ou de souvenirs... et nos maisons deviennent des musées destinés à nous rappeler, ou parfois nous convaincre, que nous sommes brillants, appréciés, riches, cultivés, aimés, ...


Dans tout cela, nous oublions que nous devons vivre dans ces « musées » que sont nos maisons et que, la place que nous donnons à nos objets et autant d’espace que nous nous ôtons pour vivre.


Pensez donc à cet «espace de vie» comme à une plage et aux vagues qui s’y succèdent. Quand la vague s’étend sur une plage, elle y dépose des objets et en reprend d’autres quand elle reflue vers la mer. L’espace parcouru par les vagues reste toujours ouvert, prêt à accueillir temporairement d’autres objets. Il est comme une respiration.


Plus grand est cet espace, plus ample est la respiration, plus nombreuses les possibilités...


Pour vivre, nous avons besoin d’une telle « plage » dans nos lieux de vie, pour pouvoir respirer, pour accueillir de nouveaux objets et en rendre à l’« océan de la vie » qui se chargera de les déposer ailleurs...

Si nous n’avons pas un tel espace disponible, alors l’«océan de la vie» ne peut plus rien déposer de nouveau. Nous cessons d’évoluer et de changer et ce qui nous était destiné est déposé sur une autre plage...


Pierre

Première version mise en ligne le 19 août 2014.

Vous pouvez reproduire ce texte sans autorisation à condition de respecter les conditions du Creative Commons (Paternité, Pas d'Utilisation Commerciale, Pas de Modification)


ESPACE ET PERSPECTIVES

Inspirations


Juste quelques photos, sans grands discours, juste pour inspirer, susciter l’imagination et faire rêver.


Simple Humble

Fresher

Fresher

Fresher

Fresher

Première version mise en ligne le 23 novembre 2012.

Vous pouvez reproduire ce texte sans autorisation à condition de respecter les conditions du Creative Commons (Paternité, Pas d'Utilisation Commerciale, Pas de Modification). Cette autorisation n’inclut pas les photos (voir avec les différents sites concernés).


ESPACE ET PERSPECTIVES

Nouvelles Inspirations


Juste quelques photos, sans grands discours, juste pour inspirer, susciter l’imagination et faire rêver.


Origine Inconnue

Le Forum des Images étonnantes

Origine Inconnue

Origine Inconnue

Origine Inconnue

Première version mise en ligne le 23 novembre 2012. Deuxième version mise en ligne le 10 mai 2016 (5-CIB).

Vous pouvez reproduire ce texte sans autorisation à condition de respecter les conditions du Creative Commons (Paternité, Pas d'Utilisation Commerciale, Pas de Modification). Cette autorisation n’inclut pas les photos (voir avec les différents sites concernés).


EAU ET ESPACE

Inspirations


Juste quelques photos, sans grands discours, juste pour inspirer, susciter l’imagination et faire rêver.


Origine Inconnue

Origine Inconnue

Origine Inconnue

Origine Inconnue

Première version mise en ligne le 9 aout 2015. Deuxième version mise en ligne le 10 mai 2016 (5-CIB).

Vous pouvez reproduire ce texte sans autorisation à condition de respecter les conditions du Creative Commons (Paternité, Pas d'Utilisation Commerciale, Pas de Modification). Cette autorisation n’inclut pas les photos (voir avec les différents sites concernés).


DU TEST DU SAC A DOS

Prendre conscience de ce l'on porte sur son dos


Oleg Oprisco


Préparer une valise ou un sac à dos pour un voyage n'est pas anodin.


Quand on y réfléchit bien, nous y mettons bien plus que quelques vêtements... Nous rajoutons telle ou telle chose, petite ou grande... Et au final, sans que nous nous en apercevions, le sac devient lourd, très lourd parfois !


Le test n'en est que plus parlant avec justement un sac à dos plutôt qu'une valise. En effet le sac à dos, par définition, doit être porté par le dos... Et quand nous le portons ainsi tout son poids se fait sentir à chaque geste, à chaque pas... Il limite vos mouvements, rend chaque pas en avant épuisant et, petit à petit, vous enfonce dans le sol !


Faites le test !


Dites-vous que vous partez quelques jours en voyage. Vous devez quitter votre maison et tout ce qu'elle contient. Qu'allez-vous prendre avec vous ?


En fait, ce que nous mettons PHYSIQUEMENT dans le sac à dos à ce moment-là est ce que nous portons (IN)CONSCIEMMENT et SYMBOLIQUEMENT en permanence sur notre dos.


Ce sont :

  • Nos peurs (maladies, agressions, ...),

  • Nos responsabilités (travail à finir/à faire, ordinateur),

  • Nos besoins de lien avec les autres (smartphone, e-mail, facebook, ...),

  • Nos regrets ou nos punitions (livres à lire ''depuis longtemps'', ...),

  • Nos désirs ou aspirations,

  • Nos dépendances (smartphone, liens,...)

  • Nos attachements (photos, objets, animaux,...),

  • Nos addictions ou compulsions,


Le sac plein, pesez-le et prenez conscience de ce que ce poids représente pour vous... Et de comment vous pourriez l'alléger !


Retirer PHYSIQUEMENT quelque chose de ce sac en toute conscience est le premier pas pour s'en libérer SYMBOLIQUEMENT et ainsi s'alléger !


Pierre

Première version mise en ligne le 1er janvier 2016.

Vous pouvez reproduire ce texte sans autorisation à condition de respecter les conditions du Creative Commons (Paternité, Pas d'Utilisation Commerciale, Pas de Modification)


CASA BRUTALE

Vision d'artiste


Juste quelques photos, sans grands discours, juste pour inspirer, susciter l’imagination et faire rêver.

opaworks.com via  huffingtonpost.com, hitek.fr et batiactu.com


Première version mise en ligne le 3 janvier 2017 - page originale sur Natsehestahe.

Vous pouvez reproduire ce texte sans autorisation à condition de respecter les conditions du Creative Commons (Paternité, Pas d'Utilisation Commerciale, Pas de Modification). Cette autorisation n’inclut pas les photos (voir avec les différents sites concernés).


Private Library and writing studio

Espace de création


Juste quelques photos, sans grands discours, juste pour inspirer, susciter l’imagination et faire rêver.

archinect.com et vimeo.com


Private Library from David Vegezzi on Vimeo.


Première version mise en ligne le 4 janvier 2017 - page originale sur Natsehestahe.

Vous pouvez reproduire ce texte sans autorisation à condition de respecter les conditions du Creative Commons (Paternité, Pas d'Utilisation Commerciale, Pas de Modification). Cette autorisation n’inclut pas les photos (voir avec les différents sites concernés).